Historique

Née en 2005, de façon informel, Créée en 2008, l’association MERVEILLES DU TOGO a vu le jour au Togo grâce à un groupe de jeunes gens motivés. En 2009, nous avons créés l’association MERVEILLES DU TOGO – France pour relayer l’action de la première association et rechercher des fonds afin de mettre en place les projets.

Au fil des années, ces deux associations ont su tissés des partenariats, en France comme au Togo qui ont menés à la modification des statuts en 2015 pour devenir « Le Groupe Associatif MERVEILLES DU TOGO », structure internationale sur deux territoires la France et le Togo.

La coordination créée à partir de ce socle, a toujours un caractère humanitaire. Elle apporte une aide d’urgence dans des contextes de catastrophes naturelles ou de guerre et une aide au développement à des populations en situation de détresse ou de misère partout où elle est présente.

L’aide au développement que nous apportons s’adresse aux « enfants des rues » des villes, aux enfants déscolarisés, ou pas/peu scolarisés, aux villages oubliés de l’administration, où il n’y a ni eau potable, ni électricité mais surtout ni école ou centre de soins ; aux bourgs qui se vident de leur jeunesse au profit des villes où vont s’entasser une population de plus en plus pauvre et démunis en décalage total avec la vie dans les grandes villes africaines ou même grossissent le flux de migrants vers les pays du Nord.

La coordination se consacre à des populations en situation de détresse ou de grande misère, pour la satisfaction de besoins essentiels. Ces besoins essentiels recouvrent évidemment les besoins vitaux (se nourrir, se loger, se soigner) et l’accès aux savoirs fondamentaux (lire et écrire).

ACTION de Merveilles du Togo

2013 Participation à la construction du Lycée Technique et Professionnel d’Aného par le Département des Yvelines

Au cours de l’année 2013, nous avons participé à la construction d’un Lycée Technique et Professionnel sur la ville d’Aného. Cette construction est à l’initiative du Département des Yvelines. Ce projet a été conçu avec l’aide du Lycée Jules Ferry de Versailles, l’association SAGE et nous-même, y avons apportés notre contribution.

Une conférence a eu lieu le  25 septembre 2013 au lycée jules Ferry, ouverte par Mme PUIGDEMONT, proviseur, en présence de Mr Jean-Marie TETARD vice-président du Conseil Général des Yvelines, de Mr AYIVI Maire d’Aného, de Mr BOURAÏMA-DIABACTE, Ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnel du Togo, de Mr TROUYET, sous-Directeur de la gouvernance démocratique, Ministère des Affaires Etrangères, des représentants des associations partenaires, l’association SAGE et nous-mêmes, et de nombreux invités parmi lesquels les élèves du lycée Jules Ferry participants à l’aventure.

En 2014, a eu lieu l’inauguration du Lycée d’Aného, à laquelle ont participé, Mr Raymond Senyoé GOEH-AKUE membres du Groupe en France ainsi que les membres du Groupe au Togo. Une restitution a eu lieu en France, qui nous a permis de rencontrer les participants au chantier de construction, huit français qui ont passé six mois au Togo, travaillant avec le personnel local. Une belle aventure pour eux comme pour nous !

Article du Courrier des Yvelines :

« Ils sont partis construire un lycée au Togo. Engagé depuis 2006 dans la coopération décentralisée, une aide humanitaire à l’échelle départementale, le conseil général des Yvelines s’apprête à passer un nouveau palier. Jean-Marie Tétart, conseiller général en charge de la question, a annoncé vendredi dernier la construction d’un lycée technique à Aného, une ville côtière du Togo.

Six bénéficiaires du RSA sur le chantier.  Ce bâtiment a été imaginé par des élèves de l’école Africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme. Il sera construit avec les techniques locales modernisées, mais fera également office de chantier de réinsertion pour des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA). Une première à l’échelle nationale. « Les gens qui sont éloignés de l’emploi perdent la confiance en eux. Là, nous leur offrons un projet différent. Et ils représenteront les Yvelines. S’ils réussissent, on réussira avec eux », justifie Jean-Marie Tétart. Jean-Claude Legay, habitant d’Aubergenville a décollé avec ses compagnons mardi dernier, direction Aného. Pour ce père de famille de 48 ans, cette nouvelle aventure qui devrait durer six mois sera « une grande fierté mais aussi l’occasion de donner le meilleur de soi-même et de découvrir le Togo et ses coutumes ».

Le lycée Jules-Ferry de Versailles est également un des acteurs de ce projet puisque les professeurs ont été consultés pour faire part de leur expérience dans un lycée technique. Quant aux élèves, ils vont rassembler du matériel qui sera collecté dans tous les établissements Yvelinoise, avant de les tester et de les expédier au Togo. Avec cette grande chaîne de solidarité, 200 élèves de la région d’Aného pourront apprendre l’informatique et la maintenance électrique ».                                                   Arnaud le Gouic   

Article du parisien :

« Un chantier pour huit bénéficiaires du RSA Ils vont bâtir un lycée au Togo. Ils seront dix à prendre l’avion au aujourd’hui pour Lomé (Togo). Durant six mois, huit bénéficiaires du revenu de solidarité active(RSA), une allocation versée par le département aux chômeurs non-indemnisés, partent construire un lycée technique dans ce pays. Ils seront accompagnés sur place par deux travailleurs sociaux. Cette initiative, une première nationale en matière d’insertion, résulte de la coopération entre la commune d’Aného au Togo et le conseil général des Yvelines, lancée en 2007.

« Cette opération n’a rien d’un gadget. Un chantier de ce type coûte au total 100 000 €, ce qui est moins cher que l’équivalent en France, et redonne confiance aux bénéficiaires du RSA », indique Jean-Marie Tétart, vice-président (UMP) du conseil général chargé de la coopération. « C’est un projet qui me plaît car il s’agit d’aider l’Afrique. J’y vais une fois par an. Là-bas, les jeunes ont besoin d’être soutenus pour se construire un avenir », réagit Seydou Diabira, l’un des participants, habitant des Mureaux. Sentiment également partagé par l’un des premiers sélectionné pour le départ au Togo. Le Franco-Sénégalais, Edouard Gomis, lui aussi des Mureaux. « Je suis heureux. C’est vraiment une opportunité incroyable de construire ce lycée. On se comprend bien entre Africains. L’adaptation sera facile », dit-il. Ce chantier met également à contribution le lycée Jules-Ferry de Versailles. En amont du projet, il a apporté une assistance technique à la construction de cet équipement et collecté du matériel pédagogique auprès des autres établissements techniques Yvelinoise. »                                                                                                     Laurent Mauro

Article site du Département des Yvelines

Le 21 octobre 2014, 60 élèves du nouveau Lycée d’enseignement technique et professionnel de la Commune d’Aného (LETPA) ont bénéficié de leur premier jour de cours

Les bâtiments ne sont pas encore terminés, mais la rentrée s’est effectuée dans l’enthousiasme. Elle a sans doute été organisée dans la précipitation, mais elle était attendue par un grand nombre d’élèves : des centaines de dossiers avaient été déposés auprès de la Commission de sélection des élèves réunie du 16 au 18 octobre. Dans des locaux qui ont encore un air de chantier, et qui obligent à tenir les premiers cours sous le préau, le nouveau Proviseur de l’établissement, M. Bouti, était néanmoins ravi et fier de cette rentrée

« Jeudi 30 janvier 2015, la commune d’Aného a inauguré la première tranche du Lycée d’enseignement technique et professionnel d’Anèho-Glidji, en présence du Ministre de l’enseignement technique et d’une importante délégation Yvelinoise conduite par Jean-Marie Tétart.

Jean-Marie Tétart et Marie-Hélène Aubert conduisaient la délégation Yvelinoise

« Telle une flamme olympique, le projet est passé de mains en mains depuis 2007 jusqu’à cette cérémonie qui marque la naissance officielle de notre établissement » : il a fallu du temps, de la persévérance, de la continuité, et surtout une multitude de bonnes volontés et de contributions, pour que ce Lycée voie le jour, tenait à rappeler le Maire d’Aného, Patrice Ayivi, dans son discours d’inauguration. Côté Yvelines, quatre entités étaient représentées à la cérémonie : le Département bien sûr, partenaire de coopération d’Aného et principal financeur du Lycée, le Lycée Jules Ferry de Versailles, et les associations SAGE et Merveilles du Togo. Depuis 7 ans, des dizaines d’acteurs ont pris part à l’élaboration de ce projet, dont le coût final devrait avoisiner un million d’euros, lorsque la totalité des travaux sera achevée en 2015.

L’enseignement technique est une priorité nationale du Togo, et reçoit un appui financier important de la part des gouvernements français et allemand notamment. Le projet d’Aného est de ce point de vue innovant, puisqu’il émane d’une collectivité locale et illustre les possibilités de partenariat entre Etat et collectivités autour d’objectifs partagés de développement.  Pour Aného, « l’enjeu est que la ville puisse garder ses fils et ses filles sur son territoire, et que les entreprises puissent trouver les ressources humaines nécessaires à leur développement », a indiqué Jean-Marie Tétart, rejoignant en cela les objectifs énoncés par le Ministre de l’enseignement technique de faire du Togo « un pays créateur de forte valeur ajoutée grâce à une main d’œuvre qualifiée et spécialisée ».

L’enjeu de la scolarisation des jeunes filles était aussi très présent dans les discours et les animations proposés aux invités. Aujourd’hui, 8 filles ont intégré l’établissement, pour se former à des métiers plutôt considérés comme masculins, et une fondation locale prend en charge une partie des frais de scolarité des filles. « Les femmes ne cherchent pas à prendre votre place, Messieurs, a ainsi plaidé avec humour la maîtresse de cérémonie, et je rêve qu’un jour, Monsieur le Ministre, une femme électricienne puisse être assise à votre place ».

Dans l’atelier électrotechnique, les élèves s’exercent sur du matériel performant

Ce projet montre aussi ce que la coopération décentralisée peut apporter concrètement en retour à une collectivité française : « vous avez accueilli sur le chantier des personnes en difficulté d’insertion en France, et ce faisant, vous nous avez aidés à les remettre sur pieds. Ils ont pu retrouver un emploi et un logement à leur retour », a témoigné Jean-Marie Tétart. Cette contribution originale au projet a été également saluée par le Maire d’Aného, qui a réclamé un ban pour les 7 bénéficiaires du RSA : « à travers les représentants de l’action sociale du Département présents aujourd’hui, vos applaudissements vont atteindre ceux qui sont restés à Versailles ».

Si la construction et l’équipement sont en bonne voie, l’enjeu est aujourd’hui d’assurer des modalités d’entretien et de renouvellement du matériel qui permettent de maintenir dans la durée le haut niveau d’exigence que s’est donné le Lycée pour les formations qu’il dispense.  « Ce qui est important dans ce Lycée, ce ne sont pas les murs et les machines : c’est ce qui ne se voit pas, ce sont les connaissances, les compétences et l’esprit d’entreprise qui seront suscités », a souligné le Maire d’Aného. Dès le lendemain de l’inauguration était ainsi prévu un atelier de réflexion avec les entreprises togolaises pour les inviter à prendre part à la gouvernance de l’établissement et favoriser la bonne insertion des futurs diplômés. Et les discussions ont débuté pour mettre en place un accompagnement durable, sur les dimensions pédagogiques mais aussi administratives et financières, entre le Lycée d’Aného et le Lycée Jules Ferry.

http://www.yvelines.fr/2014/02/01/inauguration-du-lycee-daneho-glidji-au-togo/ »

Blog : http://blog.ac-versailles.fr/robotycaneho/

Publicités